Avril à Décembre 2008. 3 saisons et 1 dernier embarquement aux Antilles

08 avril 2008

AUX PREMIERS JOURS D'AVRIL

***

***

Aux premiers jours d'Avril, Sebastien et Julia nous ont invité à déjeûner.

Au menu, pâtes et filet mignon très mignon, salade de fruits et gâteau basque...

***

***

Un petit bonjour en passant à Christine et à sa voisine préférée...

***

***

Ce samedi, cap sur Marseille où m'attendent mes frères chenapans.

***

***

Dimanche, sur la route de Cannes, petite pause à Saint-Tropez...

***

***

A Saint-Tropez, aux premiers jours d'Avril,

l'art s'affiche dans la rue et sur les quais...

***

***

Nous arrivons chez les parents de mon frère chenapan à Cannes à l'heure du thé.

Je n'ai pas vu Vincent depuis 43 ans. Nous évoquons bien sûr notre vieux Maroc...

***

***

Pour fêter ces retrouvailles,

une de mes dernières créations en turquoise et corail rouge.

***

***

A l'affiche dans le salon, une oeuvre de J-G Mantel,

que nous avons eu comme professeur de dessin dans les années 60 à Rabat,

Hubert et moi.

***

***

Vincent lui aussi, est artiste. Cette plage, c'est LA PLAGE de notre enfance.

Dans les rochers, au milieu de la plage, il y avait une grande flaque triangulaire :

c'est là que nous avons mouillé nos premiers maillots de bain à marée basse,

c'est là que j'ai pêché de mon index inquisiteur, mes premières gabotes

dans les anfractuosités mystérieuses des rochers...

***

***

Vincent nous raconte modestement comment il a fait neiger dans le Sahara,

aux confins du Maroc et de l'Algérie : tout simplement en injectant du nitrate d'argent,

avec le concours de l'aviation marocaine, dans des nuages humides :

l'opération avait si bien réussi que deux chameaux y laissèrent la vie au sommet d'un col,

surpris par l'abondance subite de la neige.

***

 

***

http://www.dailymotion.com/video/x501j7_aux-premiers-jours-d-avril_people

Page suivante :  ~~ FACE A LA MER ~~

 

 

 

Posté par chiloedream6 à 19:29

15 avril 2008

FACE A LA MER

***

***

Je montre mon travail tout en sachant qu'il n'est qu'une partie de la vérité,

et je le montrerais même en le sachant faux,

parce que certaines erreurs sont des étapes vers la vérité   

(Robert MUSIL, Journal, 1932)

***

***

Les Espagnols écrivent la moitié de ce qu'ils imaginent,

les Français plus qu'ils ne pensent, à cause de la qualité de leur style.

Les Allemands disent tout,

mais de telle façon que la moitié des gens ne les comprennent pas...

Les Anglais écrivent pour eux seuls

(José CADALSO, Lettres marocaines, 1768)

***

***

En gardant ma neutralité, je me condamne à marcher seul,

car l'homme neutre n'est jamais bon, ni pour ami, ni pour ennemi

(Pedro CALDERON DE LA BARCA, Le Deuxième Scipion)

***

***

On ne peut jamais approcher un solitaire

sans lui faire perdre le caractère propre d'un solitaire.

Ce qui est apparemment l'essentiel chez un solitaire doit rester inconnu.

Le solitaire a des secrets.

Un secret ne peut jamais se dévoiler sans cesser d'être un secret

(Per Olof SUNDMAN, L' Anachorète)

***

***

Je peux même dire que j'ai eu une enfance heureuse

puisque je ne savais pas qu'il existait d'autres enfances

(Agotha KRISTOF, Hier, 1995)

***

***

On aimerait bien savoir parfois à quoi pense ou réfléchit quelqu'un d'autre.

On peut naturellement lui demander. Il répondra peut-être.

Cela ne vous dit pas ce qu'il pense, ou à quoi il réfléchit.

On sait seulement ce qu'il répond

(Per Olof SUNDMAN, Deux jours, deux nuits, 1965)

***

***

La liberté, Sancho,

est un des dons les plus précieux que le ciel ait faits aux hommes.

Rien ne l'égale, ni les trésors que la terre enferme en son sein,

ni ceux que la mer recèle en ses abîmes.

Pour la liberté, aussi bien que pour l'honneur,

on peut et l'on doit aventurer la vie

(Miguel de CERVANTES, Don Quichotte)

http://www.dailymotion.com/video/x549co_face-a-la-mer_travel

Page suivante :  ~~ EST-CE QUE CE MONDE EST SERIEUX ~~

 

 

 

Posté par chiloedream6 à 19:55
20 avril 2008

EST-CE QUE CE MONDE EST SERIEUX

***

***

Est-ce que ce monde est sérieux? L'Art a-t-il besoin de sang pour exister?

http://www.dailymotion.com/video/x551fz_corrida_webcam

Page suivante :  ~~ LE VIEUX RABAT, LE JEUNE MANTEL ~~

 

 

Posté par chiloedream6 à 19:56
24 avril 2008

LE VIEUX RABAT LE JEUNE MANTEL

 

 

En fouillant dans le passé de Rabat ma ville natalej'ai eu la surprise de découvrir que de gros navires pouvaient franchir la redoutable passe du Bou-Regreg et les rouleaux de l'Atlantique.

 

 

Maman et Guy n'ont pas le souvenir de tels bateaux accostant  au port. Au fil des ans, l'embouchure s'est ensablée, et le phénomène a peut-être été aggravé par la construction d'un grand barrage en amont : une bonne partie de l'eau  étant utilisée pour l'irrigation, le débit du fleuve a certainement diminué, amplifiant l'ensablement de l'embouchure.

 

 

 

 

Dans les années 60, l' activité des barcassiers de notre enfance était encore grande, entre Rabat et Salé. Les petites barques de pêche devaient souvent compter avec la marée pour sortir en mer, mais pas le moindre souvenir d'un gros navire venant du large. Il faudrait probablement être bon centenaire pour pouvoir en témoigner...

 

 

 

"La grue de la douane construite par les allemands pour le débarquement des canons du Fort Rottembourg" Avant le proctectorat français, il y a eu une présence allemande au Maroc.

 

 

 

 

Voilà une autre image d'un bateau s'apprêtant à franchir la redoutable passe du Bou-Regreg pour gagner la mer. Dans certains lieux, l'expression " gagner la mer " justifie tout son sens...

 

 

 

 

Rabat, quartier de l'Agdal, un demi-siècle avant que nous y respirions l'air de nos premiers jardins. 

Merci au destin de nous avoir fait naître ici :

 

""" On ne choisit pas ses parents, on ne choisit pas sa famille,

on ne choisit pas non plus les trottoirs de Manille,

de Paris ou d'Alger, pour apprendre à marcher...

Etre né quelque part, être né quelque part,

pour celui qui est né, c'est toujours un hasard... """

 

 

 

A Rabat en 1937, voilà la cour principale du Lycée de Jeunes Filles

où Maman a passé quelques belles années.

 

 

 

 

Toujours en 1937, Madame Lina PAVIL, professeur de dessin et artiste peintre,

donnait son cours à Maman et à ses camarades.

 

 

 

 

En 1939 au Lycée Gouraud à Rabat,

Guy posait avec sa classe de 3ème A2 et son professeur de Latin-Français, Melle BAZIN.

 

 

 

Pour rester dans les photos de classe, je suis tombé par hasard sur une époque plus récente, l'année 1963, à l'Ecole de la Salle. A la droite du Frère Louis, grâce à la légende jaune, j'ai pu reconnaitre un certain François Reveilhac, époux de Bénédicte De Malet... Salut François, salut Babé. Cette année-là,j'usais mes fonds de culottes en classe de 6ème au lycée Descartes de cette bonne ville de Rabat, et j'avais comme professeur de Dessin Monsieur Jean-Gaston MANTEL. Et bien récemment, Dominique MANTEL, neveu de Jean, a retrouvé les souvenirs de son oncle que je consignais dans ces pages. Salut Dominique, le talent est héréditaire...

 

 

 

Oeuvres de Dominique MANTEL

 

 

 

 

Dominique Mantel est aussi photographe :

 

 

 

 

Diaporama musical : 

http://www.dailymotion.com/video/x577ve_rabat-au-temps-jadis_travel

 

Page suivante : ~~ VERONIQUE MAX MICHEL ~~

 

 

 

 

Posté par chiloedream6 à 20:57
28 avril 2008

VERONIQUE MAX MICHEL

***

***

Ce week-end, VERONIQUE nous rend visite, délaissant quelques jours sa verte Dordogne.

***

***

Et ce Dimanche au Parc de la Tour Vieille, tout près de chez moi,

se tenait le marché floral annuel. Des plantes rares, des fleurs magnifiques,

Notre Maire MAX Roustan était présent au parc de la Tour Vieille.

***

***

Visite traditionnelle aux Poteries de la Madeleine, entre Lézan et Anduze :

On s'y rend toujours pour le plaisir des yeux, sans la moindre intention d'achat,

et on repart toujours avec une petite merveille,

en l'occurence une nappe indienne qui trônera bientôt en Dordogne

dans la salle à manger de Véronique.

***

***

Hier soir, en rentrant de notre promenade vers Anduze,

je découvre un courrier de MICHEL, notre cousin d' Amérique,

avec des photos de son récent voyage en France et au Maroc.

***

La première image que m'envoie Michel concerne le citronnier-talismanier du jardin de Maman.

Le 1er Février 2007, je suis parti pour mon raid à vélo vers le Maroc

avec un de ces citrons que Maman m'avait obligé à glisser au fond d'une sacoche.

Il m'a certainement protégé des dangers de la route.

Cet autre citron dans ma main gauche a voyagé le mois dernier dans la valise de Michel,

jusqu'à sa maison canadienne.

***

***

Le citron de Michel est bien arrivé à destination du côté d'Oka, Canada.

Une belle poulette blanche le couve du regard tandis que l'âme de Tante Nine

semble veiller paisiblement sur la maison.

***

***

Domaine de la Rouvière, du côté de Logrian.

Il faudra que tu reviennes y faire la promenade sous le soleil.

***

***

Oui Michel, ma fidèle Babouche est éternellement là à m'attendre sous la haie de cyprès,

que je m'absente 1 heure, 1 jour ou 1 mois...

***

 

***

Ce bon vieux lit de fakir, Michel, est bien le meuble le plus précieux de ma maison.

Grand-père l'avait fait construire par un artisan marocain au début du siècle dernier.

Maman y a passé de nombreuses nuits dans le petit pavillon

du jardin disparu de notre enfance à l'Agdal, je découvre également

que mon Oiseau de frère y a trouvé lui aussi un sommeil certainement peuplé de beaux songes,

j'y ai moi-même dormi 3 ans avant que j'hérite de ma marraine Jeanne cette héroïne,

de deux lits jumeaux dans lesquels je dors depuis peu.

Ce brave lit de fakir trône dans mon salon, divan spartiate mais chargé de tant d'histoire...

Merci pour cette image.

***

***

Face à la Mer, face à l'Océan Atlantique, face au plus bel océan du monde,

quoi de plus paisible que de guetter du haut de la grande Dune de Moulay Bousselham

l'improbale et fugace rayon vert. Bravo Michel.

***

***

Denis, Jean-Paul, Pierrot, André et Michel qui prend la photo :

les cousins d'Amérique et du Maroc se retrouvent à Moulay Bousselham...

Il suffisait d'enjamber l' Océan Atlantique.

***

 

***

Jean-Paul et Guillaume, le fils aîné de Michel.

***

***

Les cigognes du Chellah à Rabat : c'est aussi le printemps dans la plus belle ville du monde.

Merci encore Michel pour ces belles images.

Page suivante : ~~ RIVAGES ~~

 

 

 

Posté par chiloedream6 à 21:00

02 mai 2008

RIVAGES

***

***

Notre péché, c'est d'avoir perdu nos rêves

(Roberto ARLT, Le péché que l'on ne peut nommer, 1929)

***

 

***

La sagesse suprême est d'avoir des rêves assez grands

pour ne pas les perdre du regard tandis qu'on les poursuit 

(William FAULKNER, Sartoris, 1929)

***

***

La justice ?

Tu auras la justice dans l'autre monde,

dans ce monde tu auras la loi

(William GADDIS, Le dernier Acte)

***

 

 

***

Les enfants sont comme les marins :

où que se portent leurs yeux, partout c'est l'immense

(Christian BOBIN, La part manquante)

***

 

***

Le voyage pour moi, ce n'est pas arriver,

c'est partir. C'est l'imprévu de la prochaine escale,

c'est le désir jamais comblé de connaitre sans cesse autre chose,

c'est demain, éternellement demain

(Roland DORGELES)

***

 

 

 

***

Ma vie durant,

je ne me suis jamais incliné que devant les fleurs de prunier

(Cao BA QUAT)

***

***

La vieillesse est peut-être un naufrage,

mais elle permet aussi d'aborder aux rivages bienheureux du détachement 

(Béatrice BECK, Confidences de gargouille)

***

***

Je trouve que l' enfer et le paradis sont disproportionnés.

Les actes des hommes n'en méritent pas tant

(Jorge Luis BORGES)

***

***

L' homme vit dont le nom est prononcé

(Mythe de Ré et d' Isis)

***

***

J' ai perdu mon chemin et je m' y suis attardé,

jusqu'à oublier qu'il n'était qu'un chemin,

que je n'étais qu'un voyageur, que Toi seul est la fin du voyage

(Leopoldo MARECHAL, Adan Buenosayres, 1948)

***

***

Dès que la moindre parcelle de sagesse est entrée dans l'esprit d'un homme,

il aspire à la solitude

(Alexandra DAVID-NEEL)

***

***

C'est toujours comme cela. On meurt. On ne comprend rien.

On n'a jamais le temps d'apprendre. On vous pousse dans le jeu.

On vous apprend les règles et,

à la moindre faute, on vous tue""

(Ernest HEMINGWAY, L' Adieu aux Armes, 1929)

***

http://www.dailymotion.com/video/x5acnl_rivages_creation

Page suivante : ~~ MAUVE EST LA NEIGE DE PRINTEMPS ~~

 

 

 

Posté par chiloedream6 à 21:03
09 mai 2008

MAUVE EST LA NEIGE DE PRINTEMPS

***

http://www.tabblo.com/studio/stories/shared/25320/vmwkjyc1e9f06rb

 

***

Certaines fleurs se font gloire de la mort :

les fleurs du cerisier japonais, par exemple, qui, librement s'abandonnent aux vents.

Un moment, elles voltigent et dansent sur les eaux de cristal.

Puis, en voguant sur l'onde souriante, elles semblent dire :

Adieu, Printemps, nous nous en allons vers l' Eternité ! 

(Okakura KAZUKO, Le Livre du Thé)

 

Page suivante : ~~ VISITEURS DE MAI ~~

 

 

 

 

 

Posté par chiloedream6 à 21:05
12 mai 2008

VISITEURS DE MAI

***

***

Merci à Christophe BOURDILLON qui m'a recommandé ce lien http://www.lyceefr.org/

sur lequel j'ai retrouvé aujourd'hui même mes photos de classe de 6ème et 5ème

au Lycée Descartes à Rabat. Christophe a quant à lui retrouvé les traces de François Reveilhac

grâce à mon blog!!! Nos petits écrans tissent des toiles à l'infini.

***

***

Classe de 6ème3, Lycée Descartes, Rabat, année 1963/64, année inaugurale!!!

Professeur principale : Madame Sériot. Je me souviens de la fête organisée par Madame Sériot

en fin d'année pour sa classe, dans sa maison avec piscine sur la route de Bouknadel.

J'avais eu le privilège de m'y rendre dans sa propre voiture, une magnifique Chevrolet décapotable...

***

***

Classe de 5ème2, Lycée Descartes, Rabat, année 1964/65.

Je crois me rappeler que notre charmante professeur principale

avait changé en cours d'année pour cause de maternité.

Elle avait été remplacée par Monsieur Ballorin, qui venait terminer sa carrière au Maroc,

en provenance d'Alsace ou de Lorraine, si ma mémoire est fidèle. Ce qui n'est pas si sûr :

pour preuve, il ne me reste que trois noms de ces deux classes,

je les ai retenus comme un vers survivant de la liste d'appel :

Balmelle, Baudeau, Ben Soussan... Balmelle, Baudeau, Ben Soussan...

Suivait tout près mon nom...

***

Un homme porte en son regard le bonheur physique de sa terre

et dans sa mémoire le firmament de ses signes.

(Gaston MIRON, L'Homme rapaillé, 1970)

***

Tout spécialement pour Joëlle et ma Karine, afin de  compléter leur collection privée d' Ifs :

***

 

Page suivante : ~~ AU FIL DE L'EAU ~~

 

 

 

Posté par chiloedream6 à 21:07
15 mai 2008

AU FIL DE L' EAU

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

""Un printemps meurt, en vient un autre, et tout change, et tout est pareil""

(Edith PIAF, Avant nous)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

""Immobile, assis sans rien faire, le printemps vient, l'herbe pousse"" 

(Sagesse chinoise)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

""Ainsi va le monde ici-bas. Le temps emporte sur son aile 

Et le printemps et l'hirondelle, et la vie, et les jours""

(Alfred de MUSSET, Poème à Juana)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

""Ils peuvent tuer tous les étourneaux du monde,

ils n'empêcheront pas la venue du printemps""

(Proverbe Afghan)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parfois, les petites rivières nous emportent

bien au-delà du grand ciel bleu...

http://www.dailymotion.com/video/x5feom_au-fil-de-leau_travel

***

http://www.tabblo.com/studio/stories/shared/25434/gh2sjmbq645tkl1/edit

***

Je voulais avoir une pensée pour notre cousin Robert qui a franchi l'horizon des poètes, juste au-delà de ce que la vue nous laisse entrevoir. De l'autre côté de la rive, il a tout le loisir de s'allonger au bord de l'eau, d'y rester le temps qu'il veut, apaisé, sans souci du lendemain, d'un autre jour, d'une autre saison. Libre de regarder sans hâte le beau qui se dessine certainement au-delà de l'infini. Salut Robert, toutes ces images sont pour toi, petites et grandes, baisers d'horizon.

 

Page suivante : ~~ DERRIERE MA RUE ~~

 

 

 

Posté par chiloedream6 à 21:08
20 mai 2008

DERRIERE MA RUE

***

Derrière ma rue, il y a d'autres rues : des portes ouvertes sur des jardins, des fenêtres ouvertes sur le printemps. Derrière ma rue, d'autres chemins : je les parcours à pieds, depuis le retour des beaux jours. Ils me conduisent, chaque midi, de mon quartier de la Luquette au quartier de Maman et Guy, sur les hauteurs de Chantilly.

4 bons kilomètres séparent La Luquette de Chantilly : pour relier ces deux quartiers Alésiens, j'emprunte les rues adjacentes à l'axe Faubourg du Soleil - Rue d'Avéjan. A pieds, on a tout le loisir de jeter un oeil indiscret par dessus une clôture, chaque occasion est bonne pour faire une image... Il me faut environ une heure pour arriver chez Maman... (quand cela me prend une douzaine de minutes avec mon VTT).

La marche, cela fait les cuisses bien dures...

A Singapour, un tag, cela vaut un mois de prison et 20 coups de fouet sur la place publique.

Si un tagueur se fait prendre, il ne sera pas allé à Singa-pour-rien...

C'est quand même nettement plus beau qu'un tag...

Bravo  Monsieur et Madame Rougier...

A chacun de mes passages sur les hauteurs de Chantilly,

Maman est là pour me saluer fidèlement.

 

Mais les plaisirs sont comme les pavots épanouis :

vous saisissez la fleur, ses feuilles se dispersent.

Ou comme les flocons de neige dans la rivière,

blancs un instant, puis fondant à jamais

(Robert BURNS, 1759-1796)

Personne ne peut vous donner la liberté,

elle est à trouver en vous-même

(KHRISNAMURTI)

***

La poésie est mémoire baignée de larmes...

La gravure est mémoire baignée de songes...

La sculpture est mémoire ensoleillée...

La peinture est mémoire nimbée de lumière...

La musique est mémoire de la mer

(Miguel Angel ASTURIAS)

***

Et pour le LOTO cette semaine, ce n'est vraiment pas difficile :

33, 35, 17, 7, 14, 9, 43, 20. Pour le complémentaire, il faut demander à Robert BURNS...

http://www.dailymotion.com/video/x5idnx_adios-pampa-mia_travel

 

Page suivante : ~~ SAINT JEAN DE BUEGES ~~

 

 

 

Posté par chiloedream6 à 21:11